Positions

Positionnement politique

Sur l'échiquier politique, j'oscille entre la droite et le centre-droit, selon les thèmes et problématiques étudiées. Je suis encarté Les Républicains (ex-UMP).
Sur le plan économique, je suis libéraliste. Je suis pour le travail et le mérite, et contre l'assistanat permanent.
J'éprouve un énorme respect pour l'être humain et son potentiel, bien je croise tous les jours des exemples de sa décadence. On me caricature souvent de "Bisounours" car j'ai toujours espoir de pouvoir sauver le monde à ma façon.
Je suis également pour une école plus libérale. Etant moi même enseignant indépendant, je pense que notre système gagnerait à laisser plus d'autonomie aux chefs d'établissements, aux enseignants, tout en se libéralisant petit à petit.
L'écologie et le développement durable font également partie de mes chevaux de bataille, dans une Vallée de l'Arve où la pollution n'est combattue actuellement que par des mots et non des actes.
Je pense enfin que l'un des problèmes principaux de notre pays est la communication, et que son amélioration à tous les niveaux de l'état, permettrait un bien meilleur fonctionnement de tout le pays.

Prises de parole

Je ne fais pas de la politique pour faire le mariole, me mettre en avant, ou organiser une carrière électoraliste. Donc lorsque je parle, c'est pour dire ce que je pense et ce que je crois être juste, quitte à ne pas faire plaisir à certains. Je ne trouve aucun intérêt à magouiller, à être clivant, à monter des hommes ou des femmes contre d'autres, et à préparer en permanence la prochaine élection d'untel ou untel.
Je dis donc tout haut ce que je pense et ce que certains pensent tout bas. La langue de bois, ce n'est pas mon truc.

Actes

Mieux que de parler, j'agis. Par exemple, faire le beau et dire sans cesse que l'on est pour la protection de notre planète est une chose. Mais quand cela est suivi d'actes, c'est mieux ! Donc je ne me déplace pas en voiture, je trie, j'éteins les lumières, j'économise l'énergie... bref, je fais ce que je dis !
Lorsque je croise un abruti en scooter qui zigzague entre les poussettes le long de l'Arve, je ne fais pas que le regarder en râlant. Je l'interpelle et j'informe s'il le faut les instances compétentes.
Lorsque je suis sur les lieux d'un accident, je ne m'amuse pas à prendre plein de photos en restant à 10 mètres avec un sourire niais. J'analyse la situation et je vois en quoi je peux être utile.
Quand mon train est en retard 5 fois de suite, je ne décharge pas quelque haine sur la SNCF, mais je participe aux comités de ligne Ter Rhône-Alpes afin de comprendre, et afin d'aider à faire progresser le système.
On caricaturera peut-être le paragraphe précédent, trop "gamin" et pas suffisamment politisé, mais j'assume cette position dans laquelle j'estime devoir donner des leçons à ceux qui ne savent pas être des exemples pour leurs administrés.

Ouverture d'esprit

Sauver le monde tout seul, c'est un peu compliqué. Voire totalement impossible. Dans ma façon de fonctionner, j'échange très souvent avec des personnes qui n'ont pas les mêmes convictions ou les mêmes idéologies que moi. Loin d'être toujours contre eux, je souhaite travailler avec eux, tant que nous avons un but commun.
Je fais donc partie de ces personnes qui pensent que les partis politiques peuvent discuter entre eux, même si cela est bien compliqué parfois.